L’Etude Geologique de JICA
Aperçu
Provinces Métallogéniques
Guideline
Référence
Geologic Provinces
  Géologie générale de la Mauritanie
  Aperçu des gisements de minerai
    Tiris & Kedia Idjil
    Sfariat-Zednes
    Région du Tasiast
    Le Tijirit
    Guelb Moghrein
    Tabrinkout
    Kadiar
    Indice 78
    Oudelemguil
    Diaguili
    Guidimaka
    Jreida-Lemsid
Gisements majeurs
  La Koedia d Idjill
  Tiris
  Le Tasiast
  Le Tijirit
  Le Guelb Moghrein
  Le Guidimakha
Gisements majeurs 2
  Formation de fer de Tiris
  Formation de fer du Koedia Idjill
  Gisement d or de Tasiast
  Les gisements d’or et de cuivre dans les Mauritanides
Zones prometteuses
  Sélection des zones prometteuses
  Gisement prometteur et minéralisation
 
Gisement d or de Tasiast

1- phase hydrothermale
Le gisement est constitué de veines de quartz contenant de l or recoupant les BIF de type Algoma et de disséminations d or dans les BIF. L influence du processus hydrothermal sur le gisement est confirmé par la minéralisation de l or, des petites concentration de dissémination de pyrrhotite, de minéralisation de tungstène et une zone blanche fortement argilifère (voir Figure 4.3.3). La minéralisation d or, de tungstène et la zone blanche fortement argilifère sont supposées être formées sous différentes températures, sur la base de l homogénéité des températures des fluides inclusifs et les températures estimées sur la base des assemblages de minerais d argile.
La minéralisation du tungstène a eu lieu sous une plus haute température d environ 280° C. la salinité des fluides de formation de minerais est estimée à environ 37 wt% de na Cl équivalent. Le fluide de formation de minerai est sensé être sous les conditions d oxydation sur la base de la dissolution du chromium reconnue dans la zone de minéralisation de tungstène.
L argilisation des argiles blanches a eu lieu sous une température moyenne d environ 200 °C. sur la base des types des minerais argileux, le fluide de formation de minerai est sensé être neutre ou légèrement acidique. Car la dissolution intensive du fer des BIF nécessite ce fluide comme un facteur réductif.
L or a été produit sous une plus faible température d environ 150°C. la salinité du fluide de formation est sensée être environ 26wt% NaCl éq.
Si la minéralisation et l altération précitées ont eu lieu sous forme de chaîne d activité hydrothermale, la température la plus élevée devra produire le premier minerai et la plus basse devra produire le dernier. C est-à-dire qu il est fort probable que cette chaîne a eu lieu dans l ordre qui suit :
1- La minéralisation du tungstène
2- L argilisation des argiles blanches
3- La minéralisation de l or (fig)

Mineral deposit model of the Tasiast gold deposit
2- Cheminement de minéralisation du fluide
Dans une partie de la zone minéralisée en dessus de 1g/t pour l or, le détritus provenant des tranchées a été fortement concassé. Les petits détritus montrent la destruction des couches par les fractures, et ce qui signifie que le fluide a passé en ascendant sur la zone de cisaillement et a perdu des parties de son contenu dans les environs de cette zone. L orientation dominante de la zone de cisaillement est à peu prés présumée être N-S, en tenant compte de la tendance que la zone des minéralisations aurifères montre une teneur de 0,1-1 g/t pour l or comme la teneur la plus basse. (voir figure 4.3.3).
Entre temps, la minéralisation d or la plus riche ne se trouve pas au centre de la zone de faible minéralisation mais elle se trouve dans la partie Nord de celle-ci. Ce qui signifie que le levé géochimique est conforme avec les résultats publiés dans « Gold shoots plunging in a southerly direction » (Rio Narcea Gold Mines, 2005). Il semble que la minéralisation du fluide s est déplacé non pas verticalement mais dans une direction nord.

3- L âge des minéralisations
La méthode approximative de K-Ar montre une âge de 1,9 Ga dans les sericites pauvres en potassium ( les sericites qui contiennent à peu prés 1% de Potassium) collectés de la surface dans la zone argilifère. Higashihara et al, (2004 ) a révélé que la méthode approximative K-Ar appliquée sur les sericites pauvres en potassium ou les muscovites pauvres en potassium a montré un âge qui est à 29% plus ancien que l âge réel. Si cette remarque est correcte, il se peut que les sericites pauvres en potassium susmentionnées aient un âge réel d environ 1,5 Ga. Cet âge présumé est soutenu par les résultats de la méthode K-Ar appliquée sur un sericite sèparé de la zone blanche argilifère et prélevé d un échantillon de carottage.
Si la minéralisation d or a eu lieu simultanément avec l argilisation (1,5 Ga), l âge devient plus récent de 0,2- 0,3 milliard d années, que l âge basée sur la méthode approximative K-Ar (1,8-1,7 Ga), réalisée sur un amphibolite des schistes à amphibolite considéré comme roche mère dans le gisement de Tasiast et sur un muscovite des biotites- muscovites.
Tandis qu il est présumé que les âges approximatives des minerais dans les schistes cristallins montre l âge terminal pour le la métamorphisme, la minéralisation aurifère a eu lieu 0,2-0,3 Ga après l âge terminal du métamorphisme. Cependant, la minéralisation aurifère dans le tasiast ne peut pas être considérée comme synorogénique et elle ne peut pas être considérée comme un gisement d or orogénique. Si l anatexie s est produite sous une faible croûte au moment du métamorphisme, il est possible que la magma s est refroidis et s est installée pendant 0,2-0,3 billions d années. C est pour cela que l activité magmatique comme force dirigeante du processus hydrothermal n a pas montré de relation avec le mouvement de la croûte qui a pris fin dans l ordre de 1,8-1,7 Ga.
Izawa (1993) estime que l une des plus grandes pics de minéralisation aurifère a eu lieu depuis 1,5 Ga, et pendant cette période 600 tonnes d or ont été formés. Il est fort probable que certaines conditions géologiques ont eu lieu dans la zone de Tasiast pour la mise en place des minéralisation aurifères à ce temps là.